Follow by Email

mercredi 22 novembre 2017

Actualités Décembre 2017









« Séquences »

Ce mois-ci, l’exposition à la Fondation des Etats Unis conjugue le travail de deux plasticiennes, Carol-Ann Braun et Diane de Cicco. Toutes deux ont pour point de départ un texte, qu’il s’agisse d’un poème en combinatoire ou du langage génétique pris comme « prétexte » à une expression plastique.

Carol-Ann Braun interprète un poème de Blake Leland intitulé « Sonnet Sequence ». Le texte agence plusieurs mots simples : everything, nothing, happens, changes, how, since, when, where, but... et évoque, non sans ironie, le disque rayé de notre condition. A chaque strophe correspond un point de vue différent sur une sculpture en cours de construction. Carol-Ann Braun étale ainsi dans le temps, au fil des phrases du poème, la perception de différentes facettes d’un même objet.

Diane de Cicco associe différents éléments qui s’inspirent de formes biologiques pour mettre en lumière la plasticité de l’être. C’est une manière d’exprimer, voire d’élargir, la notion d’épigénétique qui comble la brèche entre l’inné et l’acquis. L’artiste puise dans son passé de biologiste moléculaire pour prendre position et faire écho à la phrase du chercheur Jacques Testart selon laquelle « L’analyse moléculaire de l’homme a montré que la science n’a rien à dire sur l’humain. » L’ADN n’est que le texte d’une pièce de théâtre qu’il nous faut interpréter.

Fondation des Etats-Unis
15 boulevard Jourdan, 75014
Lun-Ven 10h-12h30 et 14h30-18h ou sur RV

RER B / T3A : Cité Universitaire
Bus 21, 67 : Porte de Gentilly

Léonard à la loupe numérique

"Salvatore Mundi"
courtesy Christie's
Bien, tout le monde en parle... on a trouvé et ressuscité un nouveau Leonard de Vinci, un Salvatore Mundi, pourquoi pas, après tout... vendu 500 millions de dollars... pourquoi pas après tout... en temps partagé à deux musées américains sur une défiscalisation attribué à deux fonds d'investissements américains... pourquoi pas, après tout. C'est la loi fiscale des œuvres d'art aux USA. Très bien. Tout le monde est au courant. Mais maintenant, si on regardait le tableau pour ce qu'il est. 





le tableau avant restauration
C'est dire une œuvre sur bois, nettoyée et remise aux normes de nos connaissances historiques sur la peinture du XVe siècle et du génie  Léonard. L'histoire du tableau est connu, peinte sans doute pour Louis XII de France, elle traverse la Manche par le mariage de Mariette  Marie de France avec Charles Ier d'Angleterre, la peinture passe entre différentes collections, avant d'être vendu aux enchères en 1763. En 1900 elle réapparait étant attribué à Bernardino Luini (1480-1532), un suiveur de Léonard... couverte de repeints par une restauration de la fin du XIXe siècle. Au XXIe siècle, la restauration scientifique les retire entièrement revenant à la peinture détruite sous jacente et abimée par de longues balafres verticales,  le globe transparent a disparu...
en cours de restauration,
capture d'écran 
de la video diffusée par The Guardian
courtesy Christie's
Version de Marco D'Oggiana
Courtauld Londres
















Dans la version de Marco d'Oggiona (1475-1530) toujours d'après Leonard de Vinci, le globe terrestre n'est pas transparent mais bien opaque et porte la croix sur son pôle nord, suivant l'iconographie catholique. Evidemment la version ressuscitée ne peut en être que l'original affirment les défenseurs de l'authenticité de la peinture. D'autant que cela signe son identification: Leonard tellement versé dans les sciences était bien sur le seul à pouvoir en donner une version de pure optique : un globe de cristal. 

Mais alors pourquoi le globe ressemble-t-il à un effet "loupe", "zoomy" comme on trouve tant sur les applications d'images, qui se fait en glissant la souris sur l'image ?

Parce que le restaurateur autant que le faussaire travaille avec les informations de son temps, celui du XXIe siècle avec un savoir tout aussi daté que celui du restaurateur du début du XXe siècle, bien que différent. Et leur représentation de la couleur et des symboles d'une autre époque se fait autant à travers leurs sensibilités qu'au travers de leurs connaissances scientifiques différentes à 100 ans d'écart.
Effet loupe zoomy
Or l'information utilisée et ici redonnée est bien d'essence numérique. Elle contient, met sous capsule la conception numérique que nous avons de la couleur et non plus une conception analogique de celle-ci.

Le restaurateur doit se projeter dans le passé avec ses couleurs, ses représentations pour pouvoir travailler.  Comme le faussaire d'ailleurs ; quand on regarde les fameux faux Vermeer de Hans Van Meergeren, qui les vendit à Goering pendant la seconde guerre mondiale, on est saisit par leurs factures néo-classiques années 30, tant celle du dessin que celle de la couleur et on comprend (ou pas) comment les conservateurs et autres spécialistes de Vermeer on put se faire piéger... Parcequ'ils ne regardaient pas Vermeer... Ils regardaient leurs représentations de Vermeer, leurs fantasmes (datés) de sa peinture.
détail

faux Vermeer
faux Vermeer


Un Rembrandt numérique
composé en 2016
Ce "Salvatore Mundi" de Vinci est un pur fantasme du XXIe siècle, une projection.
Nous découvrons que sans que nous le voulions (ou sans que nous n'en soyons conscient) de nouvelles représentations de la couleur et du temps s'imposent à nous, par la technologie. Que cette œuvre de Vinci ait été (contre)faite à la main importe peu, elle est de même nature que celle totalement programmée d'un "pseudo-Rembrandt" en 2016. Leur colorisation est fondée sur la translucidité de l'écran, son rétro-éclairage et les calques successifs, par une colorimétrie spectrale.

Le temps est "couleur", ou de la question de l'abstraction.























mardi 14 novembre 2017

#54 - Gilles Drouin


#54 - Carrés Composés

Gilles Drouin
exposition « carrés composés »

Vernissage mercredi 22 novembre de 18h à 21h
Exposition du 23 novembre au 2 décembre 2017
ouvert du mercredi au samedi de 14h à 19h

5 rue des Immeubles-Industriels
75011 PARIS

Gilles Drouin s’intéresse à l’exploration du rectangle et de ses possibilités. Chaque œuvre est une réflexion sur un agencement possible de rectangles et de carrés. Les tableaux sont composés d’une trame de carrés sur lesquels sont placés des rectangles, positionnés par rapport au centre des carrés. Les rectangles s’entrecroisent de façon aléatoire et évoluent dans l’espace sur cette base construite, générant ainsi un effet de mouvement rotatif.
Gilles Drouin a recours à une palette réduite de couleurs. L’application de couches multiples pousse ces couleurs vers le noir, sans y arriver tout à fait. Enfin la composition est parfois soutenue par le traitement d’un jaune franc qui réveille ce camaïeu de couleurs froides.La ligne est utilisée ici et là pour suggérer le contour d’un cube ou simplement comme ligne de force dans la composition. Sur certaines toiles, la ligne permet de donner un rythme, une dynamique à la composition. Sur d’autres, elle complète une structure ou suggère une forme. Il n’y a pas d’opposition entre la couleur et la ligne. Les œuvres présentées ici sont toutes de format carré. Ceci donne une cohérence à l’exposition et met en valeur les choix esthétiques de l’artiste.








samedi 11 novembre 2017

Décès de Trevor Bell (1930-2017)

Le peintre britannique Trevor Bell, connu pour son usage de grand dégradé de couleurs, membre de l'Ecole de St-Ives (Cornouaille) est décédé.

Image de l'exposition Trevor Bell issu de son site officiel
Museum of Fine Arts -Orlando Florida 2013
Son oeuvre peu connu en France est une synthèse d'art expressionniste abstrait et d'art construit. D'abord par périodes successives, années 50 expressionniste abstrait, année 60-70 minimaliste, et depuis les années 90 pratiquant une peinture synthèse de ces styles avec des châssis déformés issu du minimalisme et tachés "aléatoirement".
Primé lors de la Première Biennale de Paris de 1959, il fut professeur depuis 1975 aux USA à l'université de Floride, il revient vivre ses dernières années en Cornouaille où il décède à 87 ans, le 3 novembre dernier.


vers 1955

Thrust 1968

Cantilever 1970
Blue radial 1985

Larger 2012
Bird  2016


lundi 30 octobre 2017

Actualités Novembre - Décembre 2017

Raphaëlle Boutié



























Robert Delafosse du 20 Novembre au 4 décembre 2017


























Abstract Project #53



Entr'acte Intermission



Richard Bell
Sharon Hall
Hanz Hancock
Caroline de Lannoy
Patrick Morrissey
Laurence Noga
John Stephens
Kate Terry
G R Thomson
Estelle Thompson


Entr'acte Intermission
Vernissage mercredi 8 novembre de 18h à 21h
Exposition du 9 au 18 novembre 2017
ouvert du mercredi au samedi de 14h à 19h
5 rue des Immeubles-Industriels
75011 PARIS






















galerie vincenz sala paris | berlin

Richard van der Aa | façade

Exposition personelle du 4 novembre au 9 décembre 2017 

au 52, Rue Notre Dame de Nazareth, 75003 Paris.
Vernissage le 4 novembre 2017 de 18h à 21h.

Solo show from 4 November to 9 December 2017 at 52, Rue Notre Dame de Nazareth, 75003 Paris.
Opening on 4 November 2017 from 6 to 9 pm.


galerie vincenz sala paris | berlin
52 Rue Notre Dame de Nazareth, 75003 Paris, France jeudi au samedi 14h à 19h | thursday through saturday 2 to 7pm
 


Denise Collet - Art Studio - Uzès




















"Libérez les forces créatives"

Pascal Verbena et Georges Bru, Ceccarelli, Monique Cèliere, Yvan Daumas, Fred Deux, Gilbert Pastor, Claude Langlois, Marie Morel, Louis Pons

2 Novembre - 22 Décembre 2017

La galerie POLYSEMIE serait particulièrement honorée de votre participation au Vernissage le 4 Novembre de 18h à 21h

12 rue de la Cathédrale 13002 Marseille
Mardi au samedi : 10h-12h30 / 14h-18h30
Parkings : MUCEM, Hôtel de Ville, Joliette
Métro : L2 Joliette ou L1 Vieux Port
Tél : 04 91 19 80 52



jeudi 26 octobre 2017

Pascal Fancony et AAT

Compte-rendu des actions de AAT (Art Architecture Territoire) sous le commissariat et la vice-présidence de Pascal Fancony à Uzès dans le cadre du projet ALBEDO 2017-2019.

Septembre/Octobre 2017








Juin 2017

DU 12 JUIN AU 1ER JUILLET 2017
En Écho à Mondrian et au De Stij. 9 artistes invités: Nicolas Chardon, Philippe Chitarrini, Pascal Fancony, Mathieu Mercier, Knut Navrot, Laurent Perbos, Dominique Romeyer, Daniel Tostivint, Valérie Woillet













L' ASSOCIATION AAT



Promotion des arts dans un but de développement et de diffusion des connaissance en matière artistique. Organisation d'expositions et de manifestations culturelles en relation à cet objet. ALBEDO A l'occasion des 100 ans de l'abstraction CONFERENCE Le 24 mars 2016 à 18h à la médiathèque d'Uzès Origines et présences contemporaines de l'abstraction en Europe et aux USA par Pascal Fancony Peintre, conférencier, essayiste en esthétique et sémiotique de l'art.


Le projet Albedo 2017-2019 s’inscrit dans la continuité de celui présenté par l’Association AAT en avril 2016 à Uzès avec la manifestation « 100 ans de l’Abstraction », qui a donné lieu à l’édition d’un catalogue : Abstraction et Couleurs. L’édition 2016 célébrait des artistes disparus. Le nouveau projet met en lumière des artistes et créateurs contemporains vivant essentiellement dans la région Sud.

L‘IDENTITÉ DU PROJET 2017 S’ARTICULE AUTOUR DE TROIS PRINCIPES

1- La mise en lumière des héritages des deux grands mouvements artistiques du XXe siècle

Le De Stijl né en Hollande en 1917. Le Bauhaus né en Allemagne, en 1919

Ces deux mouvements marquent encore de nos jours les pratiques artistiques, l’environnement et la vie quotidienne des gens

2- La réunion d’une trentaine d’artistes, architectes, designers, créateurs de mode, issus des territoires du Sud et en premier chef de la région Occitanie.

Ces artistes ont tous le souci de l’interdisciplinarité entre Art et Architecture. Nous chercherons, dans un deuxième temps, à ouvrir notre manifestation à des échanges européens.

3- La création d’un ensemble d’événements culturels de haute valeur touristique



Expositions, conférences, rencontres littéraires, concert, défilé de mode, hommages… bref ! une variété de propositions culturelles pour des publics divers, organisées sur plusieurs pôles du territoire du Pays d’Uzège et du Pont-du-Gard.

Un de nos objectifs est d’accueillir une exposition historique sur le Bauhaus dans le cadre d’un partenariat avec l’EPCC du Pont-du-Gard et la Ville d’Uzès. Envisagée pour la saison 2018, cette exposition se produira dans le cadre de l’anniversaire des 100 ans de la naissance du Bauhaus. Elle sera accompagnée d’une exposition d’arts plastiques des représentants des courants héritiers du Bauhaus : art construit, art concret, art géométrique, art numérique et cinétique.

La sélection mettra en lumière la richesse des créateurs de notre territoire.



















mardi 24 octobre 2017

Domitille d'Orgeval-Azzi et Kupka

Accrochage du Jubilé Kupka au Salon des Réalités Nouvelles 1953

Domitille d'Orgeval-Azzi abordera la question de Kupka et des Réalités Nouvelles dans le catalogue de l'exposition retrospective Kupka au Grand Palais (21 mars 2018 au 30 Juillet 2018) .