Follow by Email

mercredi 22 novembre 2017

Léonard à la loupe numérique

"Salvatore Mundi"
courtesy Christie's
Bien, tout le monde en parle... on a trouvé et ressuscité un nouveau Léonard de Vinci, un Salvatore Mundi, pourquoi pas, après tout... vendu 500 millions de dollars... pourquoi pas après tout... selon certaines sources, en temps partagé à deux musées sur une défiscalisation attribuée à deux fonds d'investissements... pourquoi pas, après tout. C'est la loi fiscale des œuvres d'art. Selon le New York Times (7/12/2017), le tableau est la propriété du groupe financier d'un prince saoudien, investisseur immobilier et non-collectionneur. Il sera présenté au Louvre Abu Dhabi. Fort bien. Tout le monde est au courant. Mais maintenant, si on regardait le tableau pour ce qu'il est. 





le tableau avant restauration
attribué à Bernardino Luini
C'est dire une œuvre sur bois, nettoyée et remise aux normes de nos connaissances historiques sur la peinture du XVe siècle et du génie  Léonard. L'histoire du tableau est connu, peinte sans doute pour Louis XII de France, elle traverse la Manche par le mariage de Mariette  Marie de France avec Charles Ier d'Angleterre, la peinture passe entre différentes collections, avant d'être vendu aux enchères en 1763. En 1900 elle réapparait étant attribué à Bernardino Luini (1480-1532), un suiveur de Léonard... couverte de repeints par une restauration de la fin du XIXe siècle. Au XXIe siècle, la restauration scientifique les retire entièrement revenant à la peinture détruite sous jacente et abimée par de longues balafres verticales,  le globe transparent a disparu...
en cours de restauration,
capture d'écran 
de la video diffusée par The Guardian
courtesy Christie's
Version de Marco D'Oggiana
Courtauld Londres
















Dans la version de Marco d'Oggiona (1475-1530) toujours d'après Leonard de Vinci, le globe terrestre n'est pas transparent mais bien opaque et porte la croix sur son pôle nord, suivant l'iconographie catholique. Evidemment la version ressuscitée ne peut en être que l'original affirment les défenseurs de l'authenticité de la peinture. D'autant que cela signe son identification: Leonard tellement versé dans les sciences était bien sur le seul à pouvoir en donner une version de pure optique : un globe de cristal. 

Mais alors pourquoi le globe ressemble-t-il à un effet "loupe", "zoomy" comme on trouve tant sur les applications d'images, qui se fait en glissant la souris sur l'image ?

Parce que le restaurateur autant que le faussaire travaille avec les informations de son temps, celui du XXIe siècle avec un savoir tout aussi daté que celui du restaurateur du début du XXe siècle, bien que différent. Et leur représentation de la couleur et des symboles d'une autre époque se fait autant à travers leurs sensibilités qu'au travers de leurs connaissances scientifiques différentes à 100 ans d'écart.
Effet loupe zoomy
Or l'information utilisée et ici redonnée est bien d'essence numérique. Elle contient, met sous capsule la conception numérique que nous avons de la couleur et non plus une conception analogique de celle-ci.

Le restaurateur doit se projeter dans le passé avec ses couleurs, ses représentations pour pouvoir travailler.  Comme le faussaire d'ailleurs ; quand on regarde les fameux faux Vermeer de Hans Van Meergeren, qui les vendit à Goering pendant la seconde guerre mondiale, on est saisit par leurs factures néo-classiques années 30, tant celle du dessin que celle de la couleur et on comprend (ou pas) comment les conservateurs et autres spécialistes de Vermeer on put se faire piéger... Parcequ'ils ne regardaient pas Vermeer... Ils regardaient leurs représentations de Vermeer, leurs fantasmes (datés) de sa peinture.
détail

faux Vermeer
faux Vermeer


Un Rembrandt numérique
composé en 2016
Ce "Salvatore Mundi" de Vinci est un pur fantasme du XXIe siècle, une projection.
Nous découvrons que sans que nous le voulions (ou sans que nous n'en soyons conscient) de nouvelles représentations de la couleur et du temps s'imposent à nous, par la technologie. Que cette œuvre de Vinci ait été (contre)faite à la main importe peu, elle est de même nature que celle totalement programmée d'un "pseudo-Rembrandt" en 2016. Leur colorisation est fondée sur la translucidité de l'écran, son rétro-éclairage et les calques successifs, par une colorimétrie spectrale.

Le temps est "couleur", ou de la question de l'abstraction.