Follow by Email

jeudi 30 mai 2013

Les archives des RN vues par Domitille.d'Orgeval


Domitille d’Orgeval est spécialiste de l’art abstrait des années 1950-1960 et des relations entre l’art et l’architecture au XXe siècle. Elle a contribué à de nombreux catalogues d’exposition. Elle est actuellement commissaire associée à la préparation de l’exposition « Lumineux ! Dynamique ! Vision et espace dans l’art de nos jours à 1913 », qui se tiendra au printemps 2013 aux Galeries nationales du Grand Palais.

Le plan des Salons 1967 et 1968 !

Créé en 1946 par l’amateur d’art Fredo Sidès, le salon des Réalités Nouvelles se distingue par sa dévotion exclusive à l’abstraction et son principal mérite a été d’imposer cette forme d’expression comme courant artistique domi- nant dans la France de l’après-guerre. Parmi ses partici- pants fidèles, on compte nombre de figures majeures de l’art moderne et contemporain : Herbin, Arp, Pevsner, Delaunay, Soulages, Nemours, Kelly, Soto, Motherwell, Tinguely, les Madis, Nallard, Leroy... On peut reconstituer l’histoire de ce salon, en retrouver les temps forts et les principales étapes, grâce à son important fonds d’archives qui réunit tous les documents ayant trait à son activité sur une période allant de 1939 (date de l’exposition « Réalités Nouvelles » organisée à la galerie Charpentier préfigurant le Salon de l’après-guerre) à nos jours. Ce fonds se compose de la correspondance épistolaire qu’ont entretenue les participants avec le comité directeur du Salon, celle-ci allant du simple règlement de cotisation à l’échange de points de vue sur la création ou sur l’actualité artistique. 
On trouve également les procès-verbaux des séances du comité qui représentent une source fondamentale d’information, tant pour la compréhension du fonctionnement du Salon que pour la connaissance des problèmes qu’il a rencontrés et des polémiques qui y ont éclaté. À ce vaste ensemble s’ajoutent les livrets publiés dès le premier Salon et qui incluent la liste des exposants et de leurs œuvres. Il faut aussi compter les cahiers Réalités Nouvelles édités de 1947 à 1956, et qui furent d’une importance fonda- mentale pour la propagation de la renommée du Salon à l’étranger. Ces cahiers réunissent des reproductions d’œuvres de certains exposants accompagnées de textes théoriques, de considérations esthétiques, mais aussi de citations de philosophes, d’écrivains, de poètes, d’artistes et de compositeurs de renom. Le fonds d’archives comprend également un corpus photo-graphique considérable d’œuvres ou de portraits d’artistes destinées aux cahiers puis aux livrets à partir des années 1960. Pour les dix premières années du Salon, des dossiers comportant les articles parus dans la presse sur ses manifestations constituent une source d’information précieuse. La consultation des archives du salon des Réalités Nouvelles qui, avant leur dépôt à l’IMEC, étaient d’un accès relativement confidentiel permettra aux chercheurs de saisir le rôle majeur qu’il joua dans l’histoire de l’art abstrait, de cerner davantage son identité, ses engagements, ses affirmations et ses contradictions. Elle aidera également à mieux connaître les trente dernières années de vie du salon des Réalités Nouvelles qui n’ont jamais fait l’objet d’une étude et durant lesquelles se sont investis des individus dont l’histoire reste encore à découvrir et à écrire.

Domitille d’Orgeval
In La Revue de L'IMEC n°15